Rosa Luxemburg : le socialisme ne viendra pas d’un gouvernement

Nous republions ci-dessous quelques extraits du « Discours sur le programme », prononcé par Rosa Luxemburg lors du congrès de fondation du Parti communiste d’Allemagne, le 31 décembre 19181 :

« Le socialisme est devenu une nécessité, non seulement parce que le prolétariat ne veut plus vivre dans les conditions matérielles que lui réservent les classes capitalistes, mais aussi parce que nous sommes tous menacés de disparition si le prolétariat ne remplit pas son devoir de classe en réalisant le socialisme. […]

La lutte pour le socialisme ne peut être menée que par les masses, dans un combat corps à corps contre le capitalisme, dans chaque entreprise, opposant chaque prolétaire à son employeur. Alors seulement il s’agira d’une révolution socialiste.

Certes, par manque de réflexion, on avait une autre idée de la marche des choses. On pensait qu’il suffisait de renverser l’ancien gouvernement, de mettre à sa place un gouvernement socialiste, on publierait alors des décrets pour instaurer le socialisme. Encore une fois, ce n’était là qu’une illusion. Le socialisme ne se fait pas et ne peut se faire par décrets, même s’ils émanent d’un gouvernement socialiste, aussi parfait soit-il. Le socialisme doit être fait par les masses, par chaque prolétaire. C’est là où ils sont rivés à la chaîne du capitalisme que la chaîne doit être rompue. Le socialisme, c’est cela et rien d’autre, c’est la seule manière de faire du socialisme. […]

Je voudrais attirer votre attention, non pas vers le haut de la pyramide, mais vers le bas. Nous ne pouvons continuer à nourrir l’illusion, retomber dans l’erreur de la première phase de la révolution, celle du 9 novembre [1918], croire qu’il suffit en somme de renverser le gouvernement capitaliste et de le remplacer par un autre, pour faire une révolution socialiste. On ne peut conduire la révolution socialiste à la victoire que si l’on procède de façon inverse ; si l’on mine progressivement le gouvernement Ebert-Scheidemann par une lutte de masse sociale et révolutionnaire ; je voudrais vous rappeler ici certaines insuffisances de la révolution allemande qui n’ont pas disparu avec la première phase et qui montrent que nous n’en sommes, hélas, pas encore au point d’assurer la victoire du socialisme en renversant le gouvernement. J’ai essayé de vous démontrer que la révolution du 9 novembre a été avant tout une révolution politique et qu’il lui faut devenir essentiellement économique. […]

En exerçant le pouvoir, la masse doit apprendre à exercer le pouvoir. Il n’y a pas d’autre moyen de lui en inculquer la science. Nous avons fort heureusement dépassé le temps où il était question d’enseigner le socialisme au prolétariat. […] L’histoire nous rend la tâche moins aisée que lors des révolutions bourgeoises où il suffisait de renverser le pouvoir officiel au centre et de le remplacer par quelques douzaines d’hommes nouveaux, tout au plus. Nous devons agir à la base, ce qui correspond bien au caractère de masse de notre révolution dont les objectifs visent les fondements, les racines mêmes de la constitution sociale, ce qui correspond au caractère de la révolution prolétarienne actuelle ; nous devons conquérir le pouvoir politique non par le haut mais par le bas. Le 9 novembre, on a tenté d’ébranler les pouvoirs publics, l’hégémonie de classe, une tentative débile, incomplète, inconsciente, chaotique.

Ce qu’il faut faire maintenant, c’est diriger, en pleine conscience, toute la force du prolétariat contre les fondements de la société capitaliste. C’est à la base, là où chaque employeur fait face à ses esclaves salariés, c’est à la base, là où les organes exécutifs de la domination politique de classe font face aux objets de cette domination, c’est à la base que nous devons arracher, bribe par bribe, aux gouvernants les instruments de leur puissance pour les prendre en main. Telle que je vous la dépeins, la marche de l’opération a l’air plus lente qu’on ne serait porté à le croire au premier instant. Je crois qu’il est bon que nous envisagions en pleine clarté toutes les difficultés et toutes les complications de cette révolution. Car j’espère que comme moi, aucun de vous ne laissera la description des grandes difficultés, des tâches qui s’accumulent paralyser son ardeur ou son énergie ; au contraire, plus la tâche sera grande, plus nous rassemblerons toutes nos forces ; et nous n’oublions pas que la révolution sait faire son œuvre avec une extraordinaire rapidité. Je n’entreprendrai pas de prédire la durée nécessaire à ce processus. Qui de nous fait le compte, qui se soucie de ce que notre seule vie suffise pour en venir à bout ! Il importe seulement de savoir avec clarté et précision ce que nous avons à faire ; et ce que nous avons à faire, j’espère vous l’avoir, avec mes faibles forces, exposé à peu près dans les grandes lignes. »

1 Traduction de Claudie Weill dans Rosa Luxemburg, Œuvres tome 2, Ecrits politiques, 1917-1918, Maspero, 1969 (réédition La Découverte, 2002, pp. 101-129).