Pour l’indépendance de classe

Que ce soit dans l’action politique, au sein des mobilisations au quotidien, dans le cadre du syndicalisme1, ou plus globalement dans celui de la lutte pour l’abolition du mode de production capitaliste, nous devons affirmer la nécessité de l’indépendance de classe. Cela signifie que la classe sociale majoritaire, la classe travailleuse (salariés, chômeurs, précaires, autrement dit le prolétariat) ne peut efficacement lutter contre l’exploitation et l’aliénation qu’en ayant sa propre politique, sa propre orientation, de façon indépendante des intérêts des autres classes sociales.

Comme l’écrivit Karl Marx, les travailleurs forment « une classe qui constitue la majorité de tous les membres de la société et d’où émane la conscience de la nécessité d’une révolution en profondeur, la conscience communiste ». Il ajoute que cette conscience peut « naturellement, se former aussi parmi les autres classes grâce à l’appréhension du rôle de cette classe »2. L’indépendance de classe n’est donc nullement du « sectarisme », ni le refus de se préoccuper des questions dites « sociétales ».

La lutte des classes ne naît pas d’abord d’une volonté, mais découle du mode de production tel qu’il fonctionne. Mener une lutte de classe est une nécessité pratique pour les travailleurs, car de l’autre côté le patronat n’a pas besoin de lui donner ce nom pour mener sa propre lutte de classe : il tend à accroître l’exploitation afin d’augmenter ses profits. Dans les luttes spontanées quotidiennes, les salariés n’emploient pas non plus ce terme, pourtant les mobilisations pour l’augmentation des salaires, pour l’amélioration des conditions de travail (ou contre leur dégradation), sont des formes de lutte de classe.

L’indépendance de classe, ce ne sont pas seulement ces affrontements sociaux localisés. C’est aussi voire surtout la nécessité de la lutte contre l’organisation sociale actuelle, donc pour l’abolition de toutes les classes sociales. Le but essentiel des luttes de la classe exploitée n’est pas seulement d’atténuer l’exploitation, ni uniquement de supprimer sa propre exploitation, mais bel et bien d’abolir toute exploitation.

Cet objectif est évidemment en rupture complète avec l’idéologie dominante. Réaliser l’indépendance de classe implique donc de se libérer de l’idéologie de la classe capitaliste. Comme l’a écrit Rosa Luxemburg, « il n’y a pas de socialisme en dehors de la solidarité internationale du prolétariat et il n’y a pas de socialisme sans lutte de classe. […] La prochaine tâche du socialisme est de libérer le prolétariat intellectuellement de la tutelle de la bourgeoisie, tutelle qui se manifeste par l’influence de l’idéologie nationaliste. »3

Adopter un point de vue de classe, c’est donc aussi s’inscrire dans une perspective internationaliste. Les travailleurs du monde entier ayant les mêmes intérêts, l’internationalisme doit être une réalité quotidienne, dans les mobilisations, dans les projets politiques, comme objectif et comme moyen, dans la lutte contre toutes les oppressions. Il est normal et logique que le capitalisme se mondialise : la solution n’est pas un retour à un nationalisme quel qu’il soit ; la solution c’est la solidarité internationale des travailleurs, permettant une mondialisation au service des êtres humains, débarrassée des inégalités, du capitalisme et des divisions artificielles. Comme Karl Marx l’a rappelé dans les statuts de la Première Internationale (Association internationale des travailleurs, AIT), « l’émancipation des classes travailleuses doit être conquise par les classes travailleuses elles-mêmes »4.

1 Voir « Crise de la CGT ou crise du syndicalisme ? », Critique Sociale n° 34, février-mars 2015.

2 Karl Marx, L’Idéologie allemande (dans Karl Marx, Œuvres tome III : Philosophie, édition de Maximilien Rubel, Bibliothèque de La Pléiade, 1982, p. 1122).

3 Rosa Luxemburg, Principes directeurs pour les tâches de la social-démocratie internationale (dans Rosa Luxemburg, Œuvres complètes tome IV : La Brochure de Junius, la guerre et l’Internationale (1907–1916), collectif Smolny et éditions Agone, 2014, pp. 208-209).

4 « The emancipation of the working classses must be conquered by the working classes themselves ».