Revue de presse (janvier 2009)

* L’Humanité n° 19.987 (15 janvier 2009), publie des extraits d’un article de Rosa Luxemburg inédit en français. Il s’agit d’un article sur la france révolutionnaire en 1793, paru en polonais dans la Sprawa Robotnicza en juillet 1893, et signé d’un pseudonyme. Il est difficile d’appréhender réellement ce texte, puisque la traduction n’est pas complète : le texte est coupé plusieurs fois, le contenu omis étant parfois résumé d’une courte phrase, et ce à pas moins de huit reprises ! Nous espérons que l’article sera intégralement traduit, et l’on pourra voir alors la place qu’occupe ce texte écrit par Rosa Luxemburg à 22 ans.

Citons cet extrait de la conclusion de l’article de Luxemburg : « la victoire du prolétariat signifie le triomphe du socialisme, le triomphe de l’égalité et de la liberté de tous. Cette égalité économique, qui était il y a un siècle le grand rêve de quelques idéalistes, prend aujourd’hui forme dans le mouvement ouvrier et dans le mouvement social-démocrate. La devise « Liberté, Égalité, Fraternité » n’était à l’époque de la grande Révolution française qu’un slogan de parade dans la bouche de la bourgeoisie, et un faible soupir dans la bouche du peuple – ce mot d’ordre est aujourd’hui le cri de guerre menaçant d’une armée de plusieurs millions de travailleurs. Le jour approche où il prendra corps et deviendra réalité. »1

* Dans Le Plan B n° 16 (décembre 2008 – janvier 2009), pages 10-11, un florilège de déclarations de « penseurs » médiatiques et auto-proclamés : la comparaison entre les discours tenus par les mêmes avant la crise et après la crise, montre que ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent. Après le sermon « vive le marché contre les archaïsmes », les voilà aujourd’hui qui pourfendent le « tout marché » et l’irresponsabilité des acteurs (sauf eux, naturellement). Ils disent l’inverse de ce qu’ils professaient la veille, toujours avec la même morgue, et sans la moindre amende honorable.

Une preuve éclatante que les « penseurs » de l’idéologie dominante n’ont d’ « esprit critique » que pour s’attaquer à l’idéologie dominante précédente, dont les classes dirigeantes n’ont plus l’utilité, et qu’ils ont eux-mêmes défendu quand elle était encore en vigueur.

1Page 19 (nous avons corrigé la faute de frappe qui se trouve dans le quotidien). Sur Rosa Luxemburg, voir notre n° 4 de janvier 2009, numéro qui lui est entièrement consacré.