Ripostons à l’austérité capitaliste !

Les gouvernements successifs mènent la politique des patrons. Depuis des années, les exonérations de cotisations sociales, les attaques contre les droits collectifs des salariés, tout cela a conduit à la situation que nous connaissons : chômage de masse, développement de la précarité, salaires en berne, etc.

Le prétendu « pacte de compétitivité » est en réalité un cadeau unilatéral fait au patronat, sans contreparties. La suppression des cotisations familiales pour les entreprises constitue en fait un transfert de richesse de 35 milliards d’euros par an, au bénéfice de la classe capitaliste.

Le mythe de la « compétitivité » est d’ailleurs totalement nuisible. C’est une arme idéologique contre les droits sociaux, qui vise à un nivellement par le bas. C’est aussi un moyen de justifier la compétition de tous contre tous. Nous devons refuser cette logique, et y opposer la solidarité et la coopération. Cela commence par agir pour le retrait pur et simple de ce « pacte de compétitivité » dicté par le Medef (également désigné comme « pacte de responsabilité »).

Cette politique néfaste n’est limitée ni à François Hollande, ni à la France. C’est une logique globale de gestion du capitalisme, suite à la crise économique en cours depuis plus de 5 ans maintenant. La riposte doit donc être à la hauteur : c’est le rapport de force entre les classes sociales qui doit être inversé, au niveau mondial.

Nous pouvons construire une mobilisation victorieuse, si elle est discutée et organisée démocratiquement à la base, internationaliste, et s’en prenant non seulement aux conséquences de l’austérité mais aussi aux racines de la situation actuelle. L’unité des travailleurs, des chômeurs et des jeunes contre ce système est possible : pour prendre conscience de notre force, commençons par nous rassembler sur la base de nos intérêts communs, contre la domination capitaliste et l’exploitation par le salariat.