Comment sortir de la crise mondiale ?

La crise capitaliste continue de produire ses effets délétères. Il y a actuellement 5 millions de chômeurs supplémentaires par an dans le monde. Plus généralement, ce qui domine la situation mondiale c’est l’accroissement de la violence sociale et des inégalités.

Le chômage dans le monde, statistiques et prévisions de l'Organisation internationale du travail1.

L’austérité est une politique criminelle. En France, le gouvernement actuel contribue grandement à la droitisation de la vie politique et à la droitisation de la société. Ses conséquences sont des tensions, du repli, de l’intolérance. Le plan annoncé en avril par Valls, de 50 milliards de coupes budgétaires, attaque directement les travailleurs, les précaires, les classes populaires en général. En s’en prenant au RSA, aux allocations logements et autres prestations sociales, aux retraites, aux salaires des fonctionnaires, le gouvernement fait le choix d’un renforcement de l’austérité au détriment de la majorité de la population, dont une grande partie subit déjà la crise depuis des années.

Et pourtant, ce n’est jamais assez pour la classe sociale privilégiée : comme le Medef obtient du gouvernement un cadeau de 35 milliards d’euros pour les patrons sans contrepartie, son président Pierre Gattaz se permet donc de demander qu’on puisse payer les salariés moins que le SMIC. Et s’il avait satisfaction, il demanderait ensuite la possibilité de supprimer les congés payés, etc.

C’est par l’intervention massive des travailleurs que l’on pourra arrêter cette spirale de la régression. Un exemple vivant nous est donné ces dernières semaines en Europe. Pour construire une lutte sociale à la base, le moyen adapté est la démocratie directe comme le montrent les plénums en Bosnie. Ces Assemblées générales locales, organes de discussion et d’élaboration sous la forme de la démocratie directe, commencent à se coordonner – par exemple par une réunion des plénums locaux le 10 avril à Sarajevo. Leurs revendications s’opposent à tout nationalisme, des plénums affirment nettement que leur seule patrie est « la liberté ».

Pour sortir de la crise capitaliste mondiale, la solution la plus pertinente et la plus réaliste est la révolution sociale mondiale. Cela commence par la construction à la base de mobilisations pour empêcher ou arrêter les plans d’austérité.

1 OIT, Tendances mondiales de l’emploi 2014 : vers une reprise sans emplois ?, janvier 2014.