Non à l’austérité, non au repli

Nicolas Sarkozy revient. On aurait pu croire qu’il n’était jamais parti, vu que c’est sa politique de droite que mènent Hollande et Valls, en distribuant aux patrons 50 milliards d’euros. De l’argent pour ceux qui possèdent les entreprises, et des sacrifices pour ceux qui travaillent ou qui sont au chômage ou retraités. Ce gouvernement au service du Medef se sert de la crise pour menacer le Code du travail et les progrès sociaux, et cette violente politique de droite est en train de creuser les inégalités.

Dans ce contexte, des courants très divers proposent différentes politiques de repli. Certains proposent de s’enfermer dans les frontières de la France. D’autres prétendent que c’est en se repliant sur des « identités » ethniques ou religieuses que l’on peut faire face à la situation actuelle. Ne soyons pas dupes de ces prétendues solutions : toutes autant qu’elles sont, elles font l’affaire des patrons en montant les travailleurs les uns contre les autres, en leur faisant croire qu’ils doivent faire front avec leurs dirigeants, contre l’extérieur. Tous ces courants de rejet, de repli voire de haine sont tout sauf des solutions puisqu’ils brisent la solidarité des travailleurs, qui est la seule dans l’histoire récente à avoir apporté des progrès.

C’est grâce à l’unité des travailleurs, des précaires, des chômeurs et des jeunes, par-delà les frontières et les différences d’origine ou de religion, que nous parviendrons à faire reculer l’austérité. Il ne faut rien attendre de prétendus « sauveurs », mais au contraire agir nous-mêmes sur nos conditions de travail et d’existence en créant, à la base, des comités de lutte et des assemblées générales locales dotés d’un réel pouvoir de décision sur notre quotidien. Ce combat contre l’austérité, qui est en soi une politique de repli et un véritable fléau social, doit être mené à l’échelle internationale, et donc ici, en Europe, notamment avec les travailleurs d’Allemagne, écrasés par leurs patrons et leurs gouvernements depuis quinze ans, et non pas contre l’Allemagne ou l’Europe.

Seules nos luttes communes peuvent changer la donne !

Lutte internationaliste contre l’austérité !